Cartoon
Accueil L'Armada > Historique

Historique

L’Armada, un peu d’histoire, la naissance d’un grand événement

Au début des années 1980, Jean Lecanuet, maire de Rouen, cherchait une idée pour animer et faire revivre les quais. A l'époque, ces derniers étaient à l'abandon. Son adjoint, Patrick Herr lui proposa une course entre Rouen et New York afin de célébrer le centenaire de la statue de la Liberté en 1986. Rappelons que le 17 juin 1885, la Statue arrivait à New York à bord de la Frégate l'Isère, la fin d'un voyage parti de Rouen un jour de mai 1885. La statue avait été imaginée par le sculpteur Bartholdi construite et offerte par la France. Elle fut dévoilée au grand jour le 28 octobre 1886.
Jean Lecanuet n'était pas sûr que l'idée séduirait les Rouennais.
Patrick Herr insista et huit multicoques furent au départ de la course appelée Course de la Liberté. Afin de donner un air de fête à cette manifestation, il proposa la première Grande Pagaille : course d'OFNI (Objets flottants non identifiés), un grand défilé dans les rues de Rouen à l'américaine, avec majorettes, voitures décapotables et confettis.
Le public fut au rendez-vous tant sur les quais, à l’époque non encore rénovés, que dans les rues ou sur les berges.
Le catamaran de 23 mètres Roger et Gallet skippé par Eric Loizeau et Patrick Tabarly gagna la course en ralliant New York en 14 jours.
Jean Lecanuet, présent à l'arrivée de la course, fut enthousiasmé par le succès populaire. Il demanda à Patrick Herr d'y répondre favorablement. La grande aventure des Voiles de la Liberté était lancée!

L’Armada : une réussite depuis 30 ans : déjà 6 éditions !

1989 : Les Voiles de la Liberté

La première édition se déroule du 9 juillet au 16 juillet 1989. Elle porte le nom de Voiles de la Liberté car elle célèbre le bicentenaire de la Révolution française.

Le 6 juillet 1989, le britannique Kaskelot est le premier grand voilier à entrer dans le port de Rouen, suivi le lendemain du français Belem. Au total, ce sont 21 grands voiliers qui répondent présents. La foule se presse sur les quais pour visiter les géants. La fête bat son plein, notamment le soir. Eric Tabarly est le parrain de l'édition et vient tirer des bords sur son Pen Duick dans le port de Rouen.

Une foule immense est au rendez-vous tout le long de la Seine lors de la parade finale. L'édition est un succès phénoménal et on pense déjà à la prochaine.

 

1994 : Armada de la Liberté

La deuxième édition se déroule du 10 juillet au 17 juillet 1994. Elle porte le nom d'Armada de la Liberté pour célébrer le cinquantième anniversaire du Débarquement allié en Normandie.
Un nouveau nom et un nouveau logo sont trouvés. Elle est placée sous le parrainage de Gérard d'Aboville.
Le budget s'étant considérablement développé pour atteindre 42 millions de francs (6,5M€), les collectivités comme le Département et la Région s’engagent pour un tiers de la totalité. La recherche de financements complémentaires représente un objectif majeur : sponsoring, recettes de stands et des licences.
Ce sont 28 grands voiliers, 17 bâtiments militaires et une vingtaine de vieux gréements qui se retrouvent le long des quais qui viennent d'être rénovés et qui donnent un magnifique écrin à la manifestation. Les bateaux gris trouvent leur public, avec en guise de navire amiral, le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, fleuron de la Marine nationale et dont Rouen est la ville marraine. Deux sous-marins français s'invitent à la fête : Agosta et Psyché.
Le défilé du 14 juillet qui réunit 1500 marins quai Jean Moulin reste un des temps forts de cette édition. Une nouveauté cette année-là, des concerts gratuits sont organisés.

 

1999 : Armada du Siècle

La troisième édition s'est déroulée du 9 juillet au 18 juillet 1999. Elle porte le nom de l’Armada du siècle car elle commémore la fin du deuxième millénaire.
 Trente-deux voiliers, onze bateaux gris sont attendus sous le parrainage d'Olivier de Kersauzon. Une Armada du Fleuve est organisée avec des péniches.
Dès le jour de l'inauguration, le Cuauhtemoc bat un record de fréquentation, accueillant près de 1000 visiteurs par heure et ne fermant son bord qu'à 4h30 du matin. Un petit nouveau fait le bonheur des visiteurs, la Recouvrance, réplique d'une goélette militaire du 19ème siècle, reconstruite à l'identique.
Point d'orgue, le défilé du 14 juillet est un succès, survolé par la Patrouille de France, de retour des Champs Elysées. Les concerts gratuits de l'Armada des Musiques sont pérennisés et développés par la Région. On y applaudit Faudel, Dick Rivers, Zuccero, I Muvrini ou encore Manau. Un feu d'artifice clôt la soirée.
Devant près de deux millions de personnes, l'édition s'achève par la Parade de la Seine. Les marins dans les vergues du Simon Bolivar et du Cuauhtemoc, sur fonds de chants et de rythmes endiablés, soulèvent l'enthousiasme du public.

 

2003 : Armada Rouen 2003

La quatrième édition se déroule du 28 juin au 6 juillet 2003.
Sous le parrainage encore une fois d'Olivier de Kersauzon qui débarque à Rouen avec son trimaran révolutionnaire, Géronimo, la version 2003 n'a pas de thématique. Le budget se monte désormais à 9 millions d'euros et de nouveaux partenaires sont recherchés. L'Agglo de Rouen et la Matmut rejoignent l’Armada.
Plus d'une vingtaine de grands voiliers et une dizaine de « guerriers »sont au rendez-vous. Parmi les nouveaux, le Dewaruci, navire indonésien marque le cœur des rouennais en raison de la fantaisie et la spontanéité de son équipage.
Le premier voilier à entrer dans le port de Rouen est le Marité, dernier terre-neuvier fécampois en bois en état de naviguer, propriété de jeunes suédois l'ayant rénové et remis à l'eau. Il sera racheté par un groupement de collectivités dont la Ville de Rouen.
Les concerts de la Région se déroulent devant plus de 300 000 personnes avec un plateau somptueux : Rita Mitsouko, Jean-Louis Aubert, Johny Clegg, Salif Keïta pour les plus connus sans oublier les groupes régionaux invités en première partie.
Pour la Parade en Seine, les marins du Dewaruci font le spectacle, chantant et dansant sur le pont comme dans les vergues, sans discontinuer de Rouen à Honfleur.


2008 : Armada 2008

La cinquième édition se déroule du 5 juillet au 14 juillet 2008. Elle portait le nom désormais qui sera conservé pour les prochaines éditions : Armada.
Une trentaine de voiliers et une dizaine de bateaux gris sont réunis pour cette édition. L'Amerigo Vespucci, navire de la Marine Italienne fait une entrée remarquée, en étant le premier à passer sous les tabliers levés du Pont Flaubert. Autre retour remarqué, l'uruguayen Capitan Miranda et le brésilien Cisne Branco. Le Japon envoie trois bâtiments militaires et c'est une grande première.
Le Tenacious est aussi à quai. Il est désormais équipé pour remplir à bien sa mission d'accueil à son bord de personnes handicapées. Une vingtaine de jeunes handicapés ont ainsi pu naviguer jusqu'en Angleterre pour assister au départ de la Tall Ship's Race à Liverpool.
La grande attraction de cette édition restera le nouveau Pont Flaubert et le spectacle de l'arrivée des bateaux et de leur passage sous le pont qui constitue un intérêt nouveau pour le public.
Le rassemblement multi-confessionnel et l'organisation d'une cérémonie œcuménique avec pasteur, rabbin, imam et archevêque de Rouen sur un ponton représentent un grand moment d’émotion.
Du côté des concerts de la Région, Iggy Popp rassemble une affluence record de 70 000 personnes au musoir, et bien d'autres têtes d'affiche comme Bashung, Auffray ou Cali animent les soirées de l’Armada.
     

2013 : Armada 2013

Elle s'est déroulée du 6 au 16 juin 2013. Une quarantaine de bateaux y participaient. La venue très attendue du géant Kruzenshtern, 114,50 mètres, éblouit les rouennais et marque cette édition.
Un événement romantique marque l'année 2013, c'est le mariage de Kelly, une jeune rouennaise et de Benito, un marin du Cuauhtemoc. Après s'être rencontrés lors de l'Armada de 2008, puis mariés civilement au Mexique, ils tenaient à célébrer leur union religieuse à Rouen en 2013. Ce fut chose faite à l'église de Mont Saint Aignan avant de fêter cette union sur le navire mexicain.
L'autre moment émotion est l'arrivée du Pen Duick 24 ans après son passage en 1989 et accompagné de 4 des 5 autres « mésanges ». Malheureusement sans Eric Tabarly dont on commémorait le 13 juin le 15e anniversaire de sa disparition en mer.
Encore de l'émotion avec l'installation définitive et l'inauguration au bout de l'île Lacroix de l'ancre de la Jeanne d'Arc, proche du fleuve et du cœur de sa ville marraine. On attend également la venue du Marité remis à neuf après un chantier de restauration de près de 6 ans et qui fête cette année son 90ème anniversaire à quelques kilomètres du chantier fécampois qui l'a vu naître.
Et enfin, les concerts gratuits réunissent près de 300 000 personnes avec des pics à 70 000 pour Mika ou Nolwenn Leroy.

L’actu

  • Où sont les bateaux portugais ?

    Où sont les bateaux portugais ?

    A ce jour, aucun navire d’état du Portugal n’a annoncé sa venue à l’Armada 2019. L’Acad...

    > Lire la suite
  • L'Atlantis confirme sa venue à l'Armada

    L'Atlantis confirme sa venue à l'Armada

    L'Atlantis, confirme sa venue à l'Armada 2019. Un grand fidèle du rassemblement rouenna...

    > Lire la suite
  • La boutique de l'Armada est en ligne

    La boutique de l'Armada est en ligne

    Une sélection de produits à découvrir : stylos, montres pavillons, sacs, accessoires, t...

    > Lire la suite
  • Signature entre l'Armada et LM communication

    Signature entre l'Armada et LM communication

    L'Armada a choisi son prestataire exclusif. Il proposera tous les textiles et tous les ...

    > Lire la suite
  • Le MIR à Rouen du 7 au 14 octobre

    Le MIR à Rouen du 7 au 14 octobre

    En avant-première de l‘Armada 2019, le MIR, navire de prestige de la marine Russe, acco...

    > Lire la suite
Voir toutes les actualités